Parallèlement à tout type d'étude Bilan Carbone®, BCO2 Ingénierie vous propose de profiter de la récolte des données de base pour les analyser aussi sous l'angle des consommations directes et indirectes d'eau, selon le standard du Water Footprint Network (www.waterfootprint.org).

Cette méthodologie diffère notamment de l'analyse carbone par le fait que la valeur de l'eau dépend fortement de sa nature (eau de pluie, eau douce, eau polluée) et de son lieu de prélèvement (bassins hydrographiques naturellement plus ou moins arrosés), alors que les gaz à effet de serre se répandent rapidement et uniformément dans l'ensemble de l'atmosphère terrestre, ce qui permet d'en additionner les émissions (moyennant un coefficient relatif de Pouvoir de Réchauffement Global entre gaz différents pour les "convertir" en équivalent CO2).

De ce fait l'Empreinte Hydrique distingue a minima trois unités de calcul que sont en m3 les quantités d'eau "verte", "bleue" et "grise" :

    1. L'eau verte est la quantité d'eau évapotranspirée par une culture donnée, consécutivement à un changement d'affectation des sols. C'est donc la quantité d'eau renvoyée dans l'atmosphère et qui aurait été conservée par les plantes et/ou qui se serait infiltrée si l'on n'avait pas procédé à cet endroit à cette culture.
    2. L'eau bleue est l'eau directement puisée dans les nappes ou dans les cours d'eau, dans le but de l'intégrer à un produit ou de conduire à son évaporation. Il s'agit d'une quantité nette, c'est à dire que la quantité rejetée propre en aval d'un site industriel, dans le même contenant hydrologique (même rivière ou même nappe) est déduite de la quantité prélevée en amont. L'eau de mer, contrairement à l'eau douce, est considérée en première approximation comme inépuisable et de peu d'intérêt, et n'est donc volontairement pas prise en compte.
    3. L'eau grise est une quantité "virtuelle". Elle correspond, lors du rejet dans le milieu naturel d'une eau chargée de polluants, à la quantité théorique d'eau qu'il faudrait utiliser pour la diluer afin que ces composés atteignent un taux local normal et neutre pour les écosystèmes environnants. Cette quantité est donc très dépendante des mesures techniques de filtration ou d'éradication des polluants présents sur le site, ou à proximité en aval. 

    A l'image du Bilan Carbone®, le périmètre d'analyse de l'Empreinte Hydrique peut être l'activité d'une entreprise pendant un an, l'un des produits qu'elle commercialise, ou l'un des projets qu'elle envisage.

    Les études d'Empreintes Hydriques proposées par BCO2 Ingénierie sont menées parallèlement aux études carbone, de sorte de réaliser des analyses croisées eau-carbone, permettant d'optimiser un critère tout en vérifiant que l'autre n'est pas simultanément et significativement pénalisé (voir par exemple l'analyse de l'impact d'une tasse de café élaborée avec différents types de cafetières)

     

    © 2017 BCO2 Ingénierie
    BCO2 Ingénierie
    Analyse d'impacts envronnementaux